• Dessins,  Peggy Ann Mourot,  Textes

    La Route

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant troublée par un de mes propres dessins. Je crois même que c’est mon préféré. C’est exactement là que je veux aller. Là où le réel, le présent, les souvenirs et l’étrange se rejoignent. Où la perspective est liberté, où l’espace est grand. Je l’ai fait un soir de novembre passé, novembre qui me va si bien. Hommage de moi à moi, après tout c’est un jour spécial paraît il alors je fais ce que je veux. Comme d’habitude oui. Mais avec un an de plus. Alors voilà, je montre mon dessin, avec en filigrane ces question que je me pose si souvent sur le monde, mes angoisses sur l’amour la vie et la mort aussi. Que restera-t-il de mes mots de mes dessins de mon amour lorsqu’il ne restera rien, rien ? L’important c’est de dire de faire de vivre bien sûr, et de s’accrocher au sens comme à la falaise même quand tu sens tes doigts se crisper et le vide t’appeler. Et sur ce je vais rejoindre mon homme et boire du vin. Comme d’habitude oui.

    Picture The Day

    La Route ~ Encre de Chine & Acrylique

    La Route ©PeggyAnnMourot
  • Dessins,  Encre de Chine,  Textes

    Le noir, la lumière, la vie, la mort.

    Pas mal de changements en 2020 de mon côté. Conséquences du processus des mois précédents bien sûr, des années même, mais pas seulement. Probablement quelque chose de l’ordre de la radicalisation. Artistique je veux dire.
    Et humaine aussi. Oui je sais, ça semble difficilement possible et pourtant ça va être le cas, ça a déjà commencé.
    Mais bon on s’en fout. Le noir, la lumière, la vie, la mort. Et de l’Encre de Chine donc.
    ©PeggyAnnMourot
  • Encre de Chine,  Publications

    Blue

    Cet automne, Anne Mathurin m’a demandé si je voulais bien faire un dessin pour un petit opuscule qu’elle prévoyait d’éditer. Il serait question d’écologie, de désastres, d’océans. J’ai dit oui, et j’ai fait ce dessin qui s’appelle Blue Oil. C’est à la fois précis, beau, et effrayant. Le titre je veux dire hein. Les subtilités d’une langue à l’autre sont magiques. Bref. Je crois en avoir assez dit.

    J’ai reçu hier le petit opuscule en question, alors voilà, quelques photos et le dessin que je n’avais montré encore. Merci Anne !

    Blue Oil

    Acrylique, Aquarelle, Encre de Chine ~ A4 sur Montval grain fin 300g

    Disponible en « prêt-à-encadré » avec passe partout 30×40, 70€, ou encadré, 100€.
    Port compris dans les deux cas. Renseignements par mail.
    Blue Oil ©PeggyAnnMourot

    Pour se procurer BLeUE (5 €)
    Avec un de mes dessins (celui ci donc) dedans c’est chez :

    – Galerie Arts Factory, 27 Rue de Charonne, PARIS 11e
    – Librairie Les Modernes, 6 Rue Lakanal, GRENOBLE
    – E²/Sterput, Rue de Laeken 122, BRUXELLES

    Ou tout simplement auprès de Bl-e-ue

    Pour consulter BLeUE :

    – Bibliothèque Forney, 1 Rue du Figuier, PARIS 4e
    – La Fanzinothèque, 185 Rue du Faubourg du Pont Neuf, POITIERS

    BLeUE #0

    Fanzine BLeUE, 16 pages, relié à la main et rehaussé de linogravures.Avec Richard A. James, JLB, Anne Mathurin Illustration, Zélie Doffémont, Alice Pole Ka, Peggy Ann Mourot, Louise a. Depaume, Giordana Sauli Art, Daulton Dickey, Camille Hermann, Léa Poupaert, Sandrine Mahé

    Publiée par Bl-e-ue sur Dimanche 29 décembre 2019
  • Encre de Chine,  Textes,  WIP

    Ces détails

    Ces détails que l’on ne voit pas si l’on n’y prête pas naturellement attention.

    J’aurais pu faire une blague, dire que j’ai commencé de nouveaux dessins, qu’une nouvelle ère semble se profiler, que tout est âpre, abrupte, résistant, bon, naturel, intrigant, agréable, curieux, incertain, etc etc. Et puis montrer des extraits, ou pas. Car tout ça est effectivement le cas et je pense tout ça. Mais mon attention s’est portée sur ce détail, à la marge, presque en dehors. Cette encre qui suinte, cyprine du dessin, qui s’échappe. Parois je m’arrête et je la regarde s’écouler, se glisser entre le scotch et le papier, là où un filet d’air l’appelle car je n’ai pas pris garde. Peut être suis-je tout simplement un peu trop libertaire et voilà ce qui arrive. Bref. J’ai commencé de nouveaux dessins.

    ©PeggyAnnMourot