• CartesPostales,  Dessins,  Impressions

    Portfolio Schinus Areira

    20 portfolios, numérotés signés de 1 à 20, composés à partir des 20 premiers exemplaires – choisis avec le même numéro à chaque fois – de 10 séries de cartes postales elles mêmes limitées, numérotées, et signées, à 50ex.
    Le portfolio 17/20 comporte donc tous les numéros 17, et ainsi de suite de 1 à 20.
    Les cartes numérotées de 21 à 50 sont elles disponibles à l’unité.
    Ou en série complète sous pli simple.
    Chaque portfolio comporte en plus une 11ème carte mystère qui est elle un original (fait exprès pour chaque portfolio) et au format carte postale. Il ne s’agit en aucun cas d’un des dessins originaux (qui eux sont bien plus grands et déjà acquis pour la plupart). Les cartes postales sont en format 10,5 x 15cm, sur un grammage de 380g.
    Portfolio Schinus Areira
    Limité à 20 exemplaires numérotés et signés
    Étui façonné à la main, acrylique sur calque, carte postale – dessin original à l’aquarelle, ainsi que 10 reproductions en cartes postales de mes dessins.
    Portfolio Schinus Areira ©PeggyAnnMourot
    Cartes Postales ©PeggyAnnMourot
  • La vie à côté,  Music,  Peggy Ann Mourot,  Publications,  Textes,  Vidéos

    Archives. The Early Years.

    I/III
    1990. J’ai 17 ans.

    J’écris dans des carnets, ma tête et mon sang bouillonnent, je n’arrive pas à canaliser tout ça, je me demande ce que je vais faire de ma vie, j’essaie de survivre à celle ci, je n’aime pas tellement les gens, je m’ennuie très souvent, et il y a aussi des choses lumineuses. J’ai rencontré l’année précédente un garçon avec lequel je ferai un bout de chemin et un peu le début de ma vie. The Early Years comme je les appelle. Il avait un sacré caractère, moi aussi, nous passâmes quelques années tumultueuses mais pas tout le temps. Cela restera pour toujours mon premier amoureux. Bref. C’est long comme histoire mais tout ça pour dire qu’un beau jour de 1990 j’ai chanté pour la première fois des mots que j’avais écrits. Et puis d’autres. Et puis bref on a enregistré des morceaux. C’était la merveilleuse époque où on envoyait des cassettes aux labels après avoir fait des pochettes à la main à la photocopieuse et au letraset sans oublier de lécher les timbres. Le siècle dernier quoi. On prenait des photos on faisait des montages c’était bien. Bref. Pour illustrer tout ça, une photo de l’époque donc, et le son de ma voix qui va avec.
    Photography : Pale Lights, Perpignan, France, April 1991.
    ©PeggyAnnMourot
    ©LAND & PeggyAnnMourot
    II/III
    1991. J’ai 18 ans.

    Nous montons à Paris. Les disquaires, les librairies, les concerts, les cimetières et bien sûr Notre-Dame. Nous sommes fascinés par la pierre les statues les gargouilles. Nous sommes certes un peu prévisibles, mais sincères. Au détour de la cathédrale, un coupe de touristes japonais nous observe en souriant. Ils finissent par venir nous demander si cela nous dérange d’être pris en photo. La dame me montre ma toque, visiblement nous les intriguons. Nous nous prêtons au jeu et la dame agrippera mon bras pour une dernière photo avec elle. Puis je noterai mon adresse dans son petit carnet. Quelques semaines plus tard, ô joie, nous recevrons effectivement une très jolie enveloppe du pays du soleil levant avec des photos protégées par un délicat papier à lettre, le tout emballé dans du papier de soie avec une jolie légende. J’ai bien évidemment conservé tout ça précieusement, les trésors de la vie.
    Et puis il y aura une chanson sur Notre-Dame de Paris. La seule en français. Marc composera plusieurs morceaux sur Notre-Dame. Nous étions fascinés par une vieille dame qui jouait régulièrement de l’orgue de Barbarie dans les rues de Montpellier, ceci expliquant cela aussi. Le siècle dernier donc.
    *j’ai dissimulé la dame et Marc par égard*
    ©PeggyAnnMourot
    ©LAND & PeggyAnnMourot
    III/III
    On ne peut pas toujours trouver les mots pour tout, on ne peut pas gagner à chaque fois.
    Alors j’ai mis quelques morceaux sur une playlist, sorti quelques photos, et je vais refermer la boîte jusqu’à la prochaine fois. Pour ceux qui en voudraient un peu plus et bien vous me direz.
    LAND
    Voice, Programming, Keyboards, Bass, Tape ~ Marc Piskic
    Voice, Keyboards ~ Peggy Ann Mourot
    Acoustic Guitar, Electric Guitar, Keyboards ~ Olivier Albarracin
    Photography : Me by Marc, France, April 1992.
    ©PeggyAnnMourot
    ©LAND & PeggyAnnMourot

  • Atelier,  La vie à côté,  Peggy Ann Mourot,  Textes

    Atelier Renan ~ 21 Juin 2018 / 21 Juin 2020

    20 Juin 2018. Je rentre dans cet atelier qui sera le mien deux années durant. Il fait un soleil de plomb et j’arrive dans cette ville qui est nouvelle aussi pour moi. Enfin nouvelle pour y vivre, avant j’ai fait des aller retours dans des trains qui n’arrivaient jamais mais c’est une autre histoire.

    Je vais rendre les clefs de cet atelier le 22 juin prochain. Deux ans pile jour pour jour ou presque. Le 21 juin, aura donc été la première nuit puis la dernière en ces murs. Je ne l’ai pas fait exprès, mais cela me fait sourire néanmoins.

    Comme un air de solstice.

  • Carnets,  Dessins,  Encre de Chine,  Mes dessins chez les autres,  Peintures

    Le bleu et les autres, chez Nathalie

    Nathalie aime beaucoup le bleu. Les-voyages-les-livres-les-tapisseries-médiévales- les-musées qu’elle raconte sur son blog. Les cyanotypes forcément. Les dessins – en tout cas les miens – et elle vit avec plusieurs d’entre eux depuis quelque temps maintenant. Dont un dernier qu’elle appelle le beau bleu. Elle est très gourmande aussi, elle cuisine méticuleusement et part au ravitaillement avec le même enthousiasme que moi, chaque retour de marché est un déballage de mini chasse au trésor. Le genre de fille à organiser des deals pour des agrumes. Et puis elle a cette passion improbable – mais pas tant que ça – pour les containers maritimes. J’avoue que toutes ces caractéristiques, réunies chez cette fille fluette à la peau diaphane et aux grands yeux bleus et translucides me font sourire. Merci beaucoup à elle.

  • Dessins,  Encre de Chine,  Peintures

    L’Envol

    Week-end paisible. J’ai travaillé sur l’encadrement d’un de mes dessins et j’aime beaucoup faire ça. Comme je l’ai maintes fois raconté, c’est un peu de mon ancien métier avec mes propres dessins, et c’est assez fou. L’Envol donc. Je vais vivre avec encore quelques jours et puis il rejoindra sa nouvelle demeure.
    Il aura un peu voyagé ce dessin, il en aura croisé des gens, il est parti à Montpellier pour une exposition en décembre, puis il est revenu, puis il repart définitivement cette fois ci chez un gentil garçon. Si toi aussi tu veux vivre avec un de mes dessins tu sais ce qu’il te reste à faire.

    L’Envol
    Encre de Chine, Acrylique & Pastels ~ 30×40 ~ (collection privée)

  • Atelier,  Encre de Chine,  Mes dessins chez les autres,  Textes

    Sex Bone chez Zélie

    Je connais Zélie depuis très longtemps. Je connais son père depuis aussi longtemps, sans doute plus. Je ne sais plus, c’est loin. En novembre 2016, j’ai fait quelques dessins à l’Encre de Chine et à la bière, dont celui ci. Un jour, Guillaume est venu me voir, il voulait offrir un de mes dessins à sa fille. Alors bon, comme parfois lorsque je suis émue, je ne trouve pas bien les mots. Mais ça m’a beaucoup émue. Pour pleins de raisons. Sans doute un peu à cause de son père à lui, que j’aimais beaucoup aussi, sans doute parce que j’aime beaucoup Guillaume, sans doute parce tout ça fait beaucoup de sentiments de transmission et d’histoires de dessin, tout le monde dessine dans cette histoire. On a parlé textures et on a eu un mal fou tous les deux à trouver le dessin et c’était drôle à la fois, après on a ri et bu des bières. C’était bien.

    Ce dessin vit donc depuis avec Zélie, ça me fait beaucoup sourire et me rend les yeux humides un peu aussi. Je pense à son grand père que j’aimais beaucoup je les aime tous ils sont formidables. Je vais faire chialer tout le monde avec mes conneries c’est malin. Bref, merci beaucoup.

    Sex Bone ©PeggyAnnMourot